Qui sommes nous ?
vocation des Carmes Vocation des Carmes.
Une vocation de contemplation et d'apostolat.

Les Carmes dans le monde Les Carmes dans le monde.
A la découverte de la famille du Carmel dans le monde entier.

Notre Province Notre Province.
Présentation de la Province et de son histoire.

Les couvents Les couvents.
Les 7 couvents de la Province et leurs frères.

Jalons de l'histoire des Carmes Jalons de l'histoire des Carmes.
De la naissance en Terre Sainte, en passant par la Réforme en Espagne, à la présence sur les 5 continents à nos jours.
    Vocation des Carmes.

Elie
Le Carmel est habité par deux cris du prophète Elie, inspirateur de notre genre de vie :

  • "Il est vivant le Seigneur en présence de qui je me tiens ! Le Carmel, c'est faire l'expérience du Dieu vivant, d'une rencontre dans le secret du coeur, dans la prière silencieuse. C'est la dimension contemplative de notre vocation.
  • "Je brûle de zèle pour le Seigneur Dieu des Puissances ! Le Carmel, c'est être dévoré du désir d'amener les autres à la découverte de ce Dieu vivant qui est venu bouleverser notre propre vie. C'est la dimension apostolique de notre vie.

On pourrait dire que la vocation du Carmel, c'est à la fois faire l'expérience de Dieu et conduire les autres à faire cette même expérience.

Que peuvent bien faire les frères carmes tout au long de leur journée ? En les approchant, tu découvriras des êtres de chair et de sang, ni meilleurs ni pires que les autres, qui mangent, boivent, dorment, travaillent, souffrent et rient, comme tout le monde. Comme tout le monde, oui. Et pourtant si différemment ! Car si pour eux tout est pareil, tout cependant se passe autrement : du matin au soir et du soir au matin, Dieu est là tout proche, perçu dans la foi pure, invisble mais inséparable compagnon de chemin. Dieu regardé, aimé, servi. "Que chacun demeure seul dans sa cellule ou près d'elle, méditant jour et nuit la Loi du Seigneur" nous dit la Règle du Carmel, invitant à vivre sans cesse ce coeur à coeur, cet écoute seul à seul de Celui dont on se sait aimé.

Comment vivent les carmes ? On pourrait répondre en reprenant trois dimensions essentielles de leur vie :

oraison- en veillant dans la prière silencieuse :
Au Carmel, un grand prix est attaché au silence et à la solitude. Un silence pour une rencontre, pour garder son coeur à Dieu, à travers les engagements, les activités apostoliques mêmes, comme une prière qui se continue, une amitié que rien ne peut briser. Chaque jour, les frères se retrouvent ensemble pour deux fois une heure (le matin et le soir) de prière silencieuse, appelée oraison. Rassemblés dans une même chapelle, ils prient là en silence, dans le secret de leur coeur, pour se tourner et se laisser habiter par le Seigneur qui les a appelés à écouter son Fils. "Je ne vous demande qu'une seule chose, Le regarder" nous dit notre Mère Ste Thérèse d'Avila. Et St Jean de la Croix ajoute: "Regarde Le seulement parce que je t'ai tout dit et révélé en ma Parole qui est mon Fils, vous le donnat pour frère, compagnon, maître, prix et récompense". Ces deux heures d'oraison réorientent la vie du Carme vers l'essentiel, le préservant de l'agitation fébrile, entretenant l'attention amoureuse du coeur pour le Bien Aimé.

frères en récréation- en communauté fraternelle :
Les Carmes vivent dans un couvent, récitant au mêmes heures les offices liturgiques qui les rassemblent dans la chapelle, partageant les repas au réfectoire,  se retrouvant lors des chapitres (réunions de communauté) pour revivifier leur vie et discuter des projets de la maison, ou encore lors des temps de détente chaque jour, appelés récréations. Solitude et vie commune sembleraient devoir s'exclure. Il en résulte au contraire un heureux équilibre de vie. La vie communautaire est un excellent antidote au risque de repli sur soi, à la menace de l'égocentrisme, et elle offre le moyen de vérifier en permanence l'authenticité du don de soi, la qualité de la charité fraternelle.

Notre Dame du Mont Carmel- dans un climat marial :
Marie est "reine est beauté du Carmel". Depuis toujours, les anciens Carmes ont senti en Marie la mère, la soeur, l'amie, le modèle. Marie, silencieuse, "méditant toutes ces choses en son coeur". Marie, mère de vie, donnant Jésus au monde sans bruit. Marie sur les routes partant aider sa cousine Elisabeth, ou invitant à faire tout ce que dit Jésus à Cana, modèle de l'apôtre. Oui, le Carmel est bien "tout entier marial".

En dehors de ce climat de la vie du Carme, comment se passe concrètement une journée ?
Même si les horaires varient d'une communauté à une autre, d'un pays à l'autre, le contenu essentiel est partout jalousement conservé : la prière avant tout !
  • L'eucharistie est chaque jour pour le Carme sa plus intime oraison. C'est le lieu communautaire privilégié où, ensemble, on reçoit tout, on donne tout. C'est là que vraiment se construit la communion de tous. Toutes les divergences humaines sont à ce moment-là comme fondues dans un plus grand amour.
  • L'office divin, c'est la prière qui monde vers Dieu, comme un encens, de tous les points du monde. Elle jalonne les heures du jour. Depuis les laudes chantées au petit matin, jusqu'aux complies de la nuit, il n'est d'espace de temps qui ne soit habité par la prière.
  • L'oraison, prière complètement silencieuse, une heure matin et soir, attention amoureuse et paisible au mystère du Dieu vivant. C'est l'heure où le coeur du Carme, avec toute sa faiblesse, toutes ses blessures, toute sa confiance aussi, s'ouvre à la tendresse de son Père des Cieux. Heure de l'amitié intime avec Jésus, heure où sans que l'on s'en aperçoive, la grâce pénètre l'âme, la purifie et la transforme lentement.
  • Tout le reste du jour, qui est travail (essentiellement travail apostolique, mais aussi travaux intellectuels, travaux manuels, innombrables services communautaires), tout s'efforce d'être aussi oraison, c'est à dire union à Dieu à travers tout. Dans un couvent, on est toujours occupé à quelque chose. L'oisiveté est traditionnellement considérée comme le pire ennem, en ce sens qu'elle ouvre la porte à tous les autres. Celui qui a donné son coeur à Dieu, met aussi tout son coeur à accomplir son travail en union avec Jésus. De nos jours, la vie de prière ne dispense plus d'aucune facture, et comme dit saint Paul , repris dans la Règle du Carmel, "celui qui ne veut pas travailler ne doit pas non plus manger".
  • Les repas sont à peu près ceux de tout le monde, avec toutefois une note discrète d'abstinence et de jeûne. Ils se prennent habituellement en silence, à l'écoute d'une bonne lecture ou d'une belle musique, ce qui est reposant.
  • Que je n'oublie pas les jours des fêtes ! Ste Thérèse d'Avila les voulaient éclatants de joie. Elle n'hésitait pas à s'emparer de son tambourin et de ses castagnettes, et à danser, l'Enfant Jésus dans les bras. Suivant l'importance, la liturgie se fait plus festive, le repas aussi, et la récréation peut se prolonger.
  • Une dernière chose qui habite notre quotidien, c'est l'amour dont nous entourons nos anciens et nos malades. Ils sont les chouchoux de la communauté, passant avant tout le reste. Ils apportent leur sagesse, leur expérience d'une longue vie, le vivifiant exemple de leur abandon et de leur sérénité, tandis que les plus jeunes mettent à leur service leurs forces encore neuves, en attendant que vienne leur tour...


Oui, il est doux et vivre en frères tous ensemble ! Mais ne va pas idéaliser ce quotidien dont je viens de te brosser rapidement l'esquisse. Tu comprends bien qu'on ne tend pas vers des horizons si lumineux sans quelque sacrifice de soi même. Mais n'est ce pas beau, justement, de faire d'un quotidien tout simple et ordinaire, un quotidien d'espérance et d'amour ? Se voir et se savoir rempli de misères n'est plus un handicap écrasant quand on sait aussi que, même avec ça, Dieu peut faire des merveilles. Oui, si pauvre que tu sois, tu peux, en te perdant dans le coeur de Dieu, sauver le monde. C'est surtout ça une journée au Carmel !

D'après fr. Pierre Marie Salinguardes.

Pour en savoir plus :
- la Spiritualité du Carmel sur le site du Carmel en France
- comment devenir Carme dans notre Province, sur le site du couvent de Montpellier
- L'oraison, qu'est-ce que c'est ?
- La règle du Carmel.